top of page

Let’s cook – Pissaladière

Ce lundi a été un peu particulier pour moi car il marquait le début d’une petite semaine de congés, bonheur que je m’octroie pour la première fois depuis avril. Une occasion unique de me remettre un peu aux fourneaux – il faut dire que depuis que nous avons emménagé et installé une cuisine flambant neuve, j’endosse rarement la place du chef –  et de préparer une pissaladière, LE plat de l’été dans ma famille!

La pissaladière, kesako? Originaire du sud de la France et de l’arrière pays niçois, c’est une tarte à l’oignon, aux anchois et aux olives, faite sur une base de pâte à pain. La pissaladière, pour moi, c’est aussi une madeleine de Proust ; le souvenir de longues semaines de vacances à Biot, village d’où est originaire ma famille maternelle, les après-midi à la plage et les jeux dans l’eau salée de la mer Méditerranée, les repas interminable où se dégustaient tomates, courgettes et basilic du jardin… Bref, autant d’éléments qui, mis bout-à-bout, donnent une vague idée de ce qu’est le bonheur à mes yeux!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Biot (coll. personnelle)


Lors de ces vacances-bonheur, nous dégustions souvent de la pissaladière, soit lorsque nous allions à Antibes, soit lorsque nous passions une après-midi en famille à la plage tous ensemble, soit juste avant notre retour en Belgique. J’en profite d’ailleurs pour vous transmettre l’adresse incontournable de la pissaladière ; la boulangerie Veziano (2, rue de la Pompe – 06600 Antibes), véritable institution, qu fournit les plus grandes tables du monde en pissaladière (palais présidentiel, Monaco, hôtels de renom…).

P1110738

http://www.mescheminsdelagourmandise.com


Si il existe quantité de recettes de pissaladière (avec ou sans sucre, avec tomates, avec roquette…), je vais me faire un plaisir de vous transmettre celle cuisinée par ma famille. Ici, je l’ai un peu adaptée – pour satisfaire les goûts de Monsieur – et n’y ai pas ajouté d’olives noires, qui font traditionnellement partie intégrante de ce plat provençal. Si vous voulez en ajouter, à votre aise! Mais essayer de privilégier les plus petits calibres (olives de Nice).

Ingrédients :

  1. 1 bon kilo d’oignons jaunes ;

  2. 1 tube de pâte d’anchois (marque Imperial) ou mieux… Du pissalat! ;

  3. 1 pâte à pain (ou à pizza) ;

  4. 1 boîte de filets d’anchois à l’huile

  5. Thym ;

  6. Poivre ;

  7. Huile d’olive.

Commencez par éplucher vos oignons puis les découper grossièrement. Placez-les ensuite dans une casserole préalablement badigeonnée d’huile d’olive et faites-les cuire à feux doux. Le résultat de la cuisson des oignons doit être le suivant : légèrement dorés et fondants. Pas plus, pas moins!

Poivrez et parsemez de thym.

Une fois la cuisson des oignons terminée, retirez-les du feu et ajoutez le contenu d’un tube de pâte d’anchois (un peu moins si vous le souhaitez mais moi je mets tout)! Mélangez bien aux oignons. Remettez deux minutes sur le feux (toujours doux) puis éteignez.

Dans un plat à tarte allant au four, étalez une pâte à pain ou à pizza (n’oubliez pas le papier cuisson 😉 ). Après une courte pré-cuisson (3 à 5 minutes), disposez-y l’appareil oignons+pâte d’anchois. Décorez avec les filets d’anchois placés en étoile (+ olives si vous le souhaitez).

Faites cuire 30 minutes à 250 °C tout en gardant un œil une le four (j’ai mis l’option “chaleur tournante” pour la cuisson et ai baissé le four à 200 °C après 20 minutes de cuisson).

Dégustez chaud, tiède (c’est mieux) ou froid, accompagné – ou pas – d’une petite salade et d’un verre de rosé frais.

Bon appétit!

20180709_172434
20180709_172440
20180709_172445

#oignon #Famille #thym #Plat #été #Provence

bottom of page